Mésothérapie & lombalgies

Une lombalgie est un état douloureux du rachis lombaire. Une lombalgie chronique est une douleur lombaire évoluant depuis plus de douze semaines. Il est difficile de définir la chronicité d’une lombalgie en fonction de critères précis et universel en effet de nombreux facteurs sont à prendre en compte ainsi que l’appréciation de la douleur en fonctions des patients.

La mésothérapie est un acte thérapeutique découlant d’un examen clinique précis à la fois basé
sur l’examen clinique programmé du rachis, mais complété par un examen spécifique de mésothérapie. Si son indication nécessite d’élimer les lombalgies secondaires il n’y a pas alors un traitement « unique ».

La mésothérapie trouve sa place dans le traitement des lombalgies, pour plusieurs raisons :
-  Peu ou pas d’effets secondaires,
-  Eviter une surmédicalisation

Les facteurs identifiés sont :
- Des signes démographiques : De plus en plus des cas de lombalgies sont observée dans les tranches d’âges jeunes (de 20 à 30 ans), ce qui sous-entend le caractère non forcément dégénératif de cette pathologie et établit un lien entre l’apparition des lombalgies chroniques et l’exercice d’une activité professionnelle.
- Les professions les plus exposées : Ce sont celles qui nécessitent des efforts entraînant des contraintes exercées sur le rachis (Port de charges lourdes, Postures prolongées, Expositions aux vibrations).
- Des antécédents de lombalgies de plus en plus fréquentes.

Les signes cliniques :Lombalgie & mésothérapie - Pistor Eliance

• Irradiation de la douleur sous le genou,
• Aggravation de la douleur en position debout,
• Difficultés à marcher quelques pas,
• Difficultés à se lever d’une chaise ou du lit.

Produits utilisés (A.M.M injectable)
MESOCAINE 1% : pour son effet non seulement antalgique, mais aussi vectoriel. Mélangée aux autres produits, elle en potentialise la diffusion et ainsi l’éfficacité.
PIROXICAM 20 mg : pour son effet anti-inflammatoire.
THIOCOLCHICOSIDE : pour son effet myorelaxant.
CALCITONINE 100 U : Pour son action antalgique puissante, par son action périphérique sur le flux du calcium à travers la membrane neuronale, et son action centrale, en augmentant les bêta endorphines.Pour son action vasomotrice et anti-inflammatoire sur les tissus mous, notamment par inhibition de la synthèse des prostaglandines.
ETAMSYLATE : anti-œdémateux, décongestionnant, draineur. 

Techniques et profondeurs d’injection 

La mésothérapie ponctuelle systématisée
Injections hypodermiques de 10 mm de profondeur, avec une aiguille de 13 mm de longueur et de 0,30 mm de diamètre, la peau pouvant faire l’objet d’un pli cutané au niveau du point d’injection, l’aiguille étant enfoncée perpendiculairement à la peau.

La mésothérapie intra-épidermique
Cette technique est un procédé d’injections loco-régionales à environ 1 mm de profondeur.
Elle se pratique également avec une aiguille de 13 mm et de 0,30 mm de diamètre appliquée tangentiellement à la peau, biseau tourné vers le ciel.

L’intradermique superficielle
La profondeur des injections se situe à environ 2 à 3 mm de profondeur, dans le derme. 
Elle se pratique avec une aiguille de 4 mm de longueur et de 0.35 mm de diamètre, le biseau de l’aiguille vers le bas, avec un angle de l’aiguille et de la seringue de 45°à 60° par rapport à la peau.
Technique mixte
Utilisation de deux techniques successivement lors d’une même séance :M.P.S à 10 mm de profondeur pour les souffrances ponctuelles « profondes » et circonscrites.I.E.D ou I.D.S pour les souffrances « superficielles » et diffuses.


Les traitements complémentaires le plus souvent indispensables au succès thérapeutique seront eux aussi dépendant de ce démembrement. La mésothérapie permet d’améliorer l’état des lombalgiques chroniques à la fois sur le plan local et sur le plan psychique.